Projet de loi 31 permettant la vaccination par les pharmaciens : une bonne nouvelle pour l'accès

Montréal, le 13 juin 2019 – L’Ordre des pharmaciens du Québec salue le dépôt du projet de loi 31 qui permettra notamment aux pharmaciens d’administrer et de prescrire des vaccins. Les pharmaciens québécois étant les seuls en Amérique du Nord à ne pas avoir l’autorisation de vacciner, cette avancée est une excellente nouvelle pour la population.

En 2015-2016, seuls 24 % des malades chroniques de 18 à 59 ans avaient reçu le vaccin contre la grippe au Québec, un pourcentage bien en deçà de la cible de 80 % et un score décevant lorsqu’on sait que la vaccination est l’une des mesures les plus rentables en matière de santé publique. Partout au Canada et à travers le monde, le fait d’autoriser les pharmaciens à vacciner a contribué à améliorer l’atteinte des cibles.

« L’objectif n’est pas de transformer les pharmacies en centrales de vaccination, souligne Bertrand Bolduc, président de l’Ordre, mais de profiter de la présence du patient vulnérable pour lui proposer d’y recourir sur place. Cette mesure intensifiera la collaboration entre les pharmaciens et les autres professionnels de la santé, et apportera une offre complémentaire à celle déjà offerte dans beaucoup de  pharmacies, par des infirmières. »

En plus de la vaccination, ce projet de loi offre plusieurs avenues intéressantes. Notamment, il permettra aux médecins de demander une consultation aux pharmaciens afin de revoir la médication et de cesser certains médicaments au besoin. Il permettra également aux pharmaciens d’ajuster et de prolonger les ordonnances de tous les prescripteurs, incluant les médecins hors Québec.

Une suite attendue

Le projet de loi déposé aujourd’hui constitue un pas en avant pour l’accès aux soins de santé des patients. Ces changements législatifs à venir constituent une première étape. D’autres modifications, de nature réglementaire cette fois-ci, sont actuellement en discussion.

Les travaux visent entre autres l’ajout de conditions pouvant être traitées par le pharmacien et des mesures visant à faciliter l’ajustement d’ordonnances. En surplus, un modèle d’exercice avancé et de pratique collaborative selon certains critères d’éligibilité comme une formation de niveau maîtrise ou la reconnaissance d’acquis expérientiels est à l’étude.

« L’ouverture est bien présente au Collège des médecins du Québec, notre partenaire principal dans le dossier, et nous avons une volonté commune de développer des modèles de pratique et de collaboration qui pourront bien servir les Québécois. Le pharmacien est formé pour en faire davantage et améliorer l’accès aux soins de santé à la population. Nous espérons en venir avec des propositions bien concrètes dans les prochains mois », conclut Bertrand Bolduc.

À propos de l’Ordre des pharmaciens du Québec

L'Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité et en faisant la promotion de l'usage approprié des médicaments au sein de la société. Il regroupe plus de 9000 pharmaciens. Plus de 6700 d'entre eux exercent à titre de salarié ou de propriétaire dans près de 1900 pharmacies privées et plus de 1600 pratiquent au sein des établissements publics de santé du Québec. Plus de 800 pharmaciens œuvrent notamment à titre d'enseignant ou pour des organismes publics, associatifs ou communautaires.

- 30 -

Source :         
Ordre des pharmaciens du Québec
Julie Villeneuve, directrice des communications
jvilleneuve@opq.org l Cell. : 514 808-5556

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables