Pour diminuer la congestion du système de santé - L'Ordre des pharmaciens du Québec demande des changements législatifs avant la fin 2011

Montréal, le 14 mars 2011 – L’attente est de 17 h en moyenne aux urgences, les médecins sont débordés et les pharmaciens sont limités dans leur capacité d’aider. L’Ordre des pharmaciens du Québec a donc déposé une proposition au gouvernement du Québec et à ses partenaires, et demande des changements législatifs avant la fin de 2011. « Sept jours sur sept, les pharmaciens du Québec doivent retourner leurs patients dans les cliniques sans rendez-vous ou à l’urgence pour des renouvellements d’ordonnances, pour des modifications de dose ou lorsque le patient a un problème de santé simple auquel ils seraient en mesure de répondre. C’est un non-sens », a affirmé la présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec, Madame Diane Lamarre.

« Tous les jours, les compétences de ce professionnel de la santé hautement formé sont mal utilisées et la population en est privée » mentionne Diane Lamarre. « Les patients demandent de l’aide aux pharmaciens, ceux-ci voudraient et pourraient en faire plus, mais les lois actuelles les en empêchent » poursuit-elle. Conséquence directe : les Québécois attendent, subissent des délais dans le début des traitements et des interruptions de service.

L’Ordre des pharmaciens du Québec a donc déposé une proposition au ministère de la Santé et des Services sociaux afin de permettre aux pharmaciens de contribuer plus efficacement au système de santé. Les changements proposés exigent des modifications législatives, l’Ordre demande qu’un projet de loi soit adopté. « La situation actuelle demande que les changements soient faits rapidement. Les besoins de la population sont tels que nous comptons qu’il entre en vigueur d’ici la fin de l’année » souligne Diane Lamarre. Plusieurs de ces activités sont déjà en vigueur et déjà en application dans plusieurs autres provinces canadiennes dans certains cas, depuis plusieurs années.

Les changements proposés permettraient aux pharmaciens :

  1. de prolonger certaines ordonnances qui ne sont plus renouvelables, en fonction de critères précis ;
  2. d’adapter une ordonnance par exemple en fonction du poids du patient ou de ses allergies, lorsque la situation l’exige ;
  3. de contribuer à la résolution de certains problèmes de santé simples comme les feux sauvages ou les allergies saisonnières ;
  4. de demander certains tests de laboratoire pour surveiller notamment, la sécurité de l’utilisation des traitements (ex. fonction rénale) ;
  5. d’administrer certains médicaments afin de montrer comment le faire aux patients (exemple : pompe en inhalation pour l’asthme) ou pour soutenir les objectifs de santé publique.


Comme c’est le cas ailleurs au Canada, ces nouvelles activités exercées par les pharmaciens seraient soumises à un encadrement. Au final, l’objectif de la démarche de l’Ordre est de permettre aux patients qui en ont besoin de voir leur médecin. « Deux millions de Québécois n’ont pas de médecin de famille, pendant ce temps, on continue de demander aux gens d’aller à l’urgence pour un renouvellement d’ordonnance ou pour des allergies saisonnières. Nous sommes convaincus qu’il est possible de faire mieux. » Dans un sondage réalisé auprès du public par CROP pour le compte de l’Ordre en janvier 2010, 92 % des répondants se sont dit d’accord (tout à fait ou assez) pour que les pharmaciens puissent renouveler ou prolonger temporairement des prescriptions et 91 % ont dit faire totalement ou assez confiance au pharmacien pour les aider à régler des problèmes simples.


Une campagne en ligne : pourlemieux.ca  
À l’occasion de la Semaine de sensibilisation à la pharmacie qui se déroule au Québec du 13 au 19 mars et afin d’illustrer ses propositions, l’Ordre des pharmaciens du Québec lance un site Web pourlemieux.ca, où l’on trouve trois capsules vidéo mettant en vedette trois véritables pharmaciens. Chacune des capsules illustre les limites actuelles du système ainsi que ce que le pharmacien pourrait faire pour aider à solutionner une problématique vécue par un patient.

« Cette campagne présente comment des changements simples permettraient au pharmacien de solutionner cette problématique. Dès demain, si on le voulait, on pourrait donner un meilleur accès aux soins à la population et contribuer à rendre notre système de santé plus performant » de conclure Diane Lamarre.

En plus du microsite, la campagne se déroule également en ligne sur YouTube, de même que sur Facebook et Twitter.


L’Ordre des pharmaciens du Québec
L'Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public. Il regroupe plus de 7700 pharmaciens qui exercent notamment dans plus de 1700 pharmacies privées ainsi que dans les établissements publics de santé du Québec.

- 30 -


 

Source : Julie Villeneuve, chef des communications, Ordre des pharmaciens du Québec

Renseignements :

Chantal Neveu, cneveu@multidees.ca, 514 927-1052 ou;
France Gaignard, fgaignard@multidees.ca, 514 616-7705
 

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables