Le nombre d'avortements en baisse au Québec - Le recours aux pharmaciens pour la prescription de la contraception orale d'urgence contribue à ce résultat d'importance en matière de santé publique

Montréal, le 5 février 2010 – Les plus récentes données nous apprennent que la province connaît une tendance à la baisse du nombre d’avortements ces dernières années. En effet, selon l’Institut de la statistique, 29 429 avortements ont été pratiqués en 2003 comparativement à 26 546 en 2008, soit environ 10 % de moins.

Depuis décembre 2001, les Québécoises ont accès à la contraception orale d’urgence (COU) directement à la pharmacie, après consultation du pharmacien. En 2008, les pharmaciens ont effectué 35 000 consultations seulement pour les assurées de la RAMQ, menant à la prescription de la COU. Quatre-vingt-quinze pour cent (95 %) des patientes ayant pris ce médicament ont consulté le pharmacien pour ce faire.

« Les pharmaciens ont les compétences pour conseiller les femmes dans cette condition clinique et sont également en mesure de gérer des situations délicates, toujours en respectant la dignité, la sécurité et la vie privée des patientes » souligne Diane Lamarre, présidente de l’Ordre. « La hausse du recours à la contraception orale d’urgence délivrée en pharmacie démontre bien que les femmes et les jeunes filles font confiance aux pharmaciens. »

Les pharmaciens qui prescrivent la contraception orale d’urgence ont tous suivi une formation portant sur le produit mais également sur l’approche à adopter et les interventions à faire lors de sa prescription. « Le respect de la confidentialité, l’empathie et l’écoute sont des conditions essentielles à respecter dans de telles situations. Les pharmaciens sont des professionnels accessibles, on le sait, mais également présents pour leurs patients. Ceci se reflète par le nombre impressionnant d’ordonnances prescrites par le pharmacien » poursuit madame Lamarre.

Rappelons qu’il est préférable de recourir à la contraception orale d’urgence le plus rapidement possible après un rapport sexuel non protégé, préférablement, dans un délai inférieur à 120 heures (5 jours). L’usage de l’expression « pilule du lendemain » communément utilisée pour y faire référence est à proscrire car elle donne la fausse impression que cette pilule ne peut être prise que le lendemain de l’acte sexuel non protégé.

L’Ordre des pharmaciens du Québec
L'Ordre des pharmaciens du Québec a pour mission de veiller à la protection du public en assurant la qualité des soins et des services pharmaceutiques offerts à la population et en faisant la promotion de l'usage approprié des médicaments au sein de la société. Il regroupe plus de 7500 pharmaciens qui exercent notamment dans plus de 1700 pharmacies privées ainsi que dans les établissements publics de santé du Québec

- 30 -

Source :
Julie Villeneuve, adjointe aux communications
Tél. : 514 284-9588, poste 310 / Cell : 514 808-5556
jvilleneuve@opq.org

 

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables