Symposium sur l'utilisation optimale des médicaments - L'Ordre des pharmaciens du Québec propose trois mesures

Montréal, le 21 mai 2004 – Le Symposium sur l’utilisation optimale des médicaments qui s’est déroulé à Québec a permis aux 300 participants d’entendre une douzaine de conférenciers, qui ont abordé ce problème complexe sous ses différentes facettes.

Au terme de ces exposés, l’Ordre des pharmaciens du Québec tient à informer la population des trois mesures qui, à son avis, sont les plus susceptibles de favoriser l’utilisation optimale des médicaments et, accessoirement, d’assurer la viabilité du Régime d’assurance médicaments.

Le pharmacien est le professionnel de la santé le plus accessible. Pratiquement dans chaque ville et village du Québec, il est possible de consulter son pharmacien, sans rendez-vous, en quelques minutes, et d’obtenir une prise en charge rapide d’un problème de santé ou une référence à une autre ressource. Le pharmacien doit donc disposer de conditions d’exercice et d’outils qui lui permettront d’utiliser, de la façon la plus complète possible, son expertise unique à l’égard des médicaments et de leur emploi efficace et sécuritaire.

Pour ce faire, il faut premièrement favoriser le travail d’équipe entre médecins et pharmaciens, en particulier au sein des nouveaux réseaux locaux de services de santé mis sur pied partout au Québec. Ceci passe notamment par le développement de structures sur le modèle des conseils de médecins, dentistes et pharmaciens, qui ont permis depuis longtemps aux pharmaciens des établissements de santé de démontrer leur contribution à une meilleure utilisation des médicaments.

Deuxièmement, il faut également favoriser une meilleure circulation des informations cliniques essentielles, comme l’intention thérapeutique des ordonnances, le dossier pharmacologique, et les résultats des tests de laboratoire. Dans l’intérêt de nos patients, ces informations doivent absolument circuler plus rapidement entre médecins et pharmaciens, et aussi entre pharmaciens de pratique privée et pharmaciens des établissements publics de santé, et ce en tout respect de la confidentialité de ces données.

Enfin, troisièmement, il faut développer et rendre disponibles des guides de pratiques cliniques, qui permettront de mieux encadrer l’utilisation des médicaments. Le Conseil du médicament, dont l’Ordre appuie l’action, pourrait encadrer ce développement.

***

L’Ordre des pharmaciens du Québec a pour mandat d’assurer la protection du public en matière de services pharmaceutiques. Il regroupe les 6 480 pharmaciens qui exercent notamment dans les 1 615 pharmacies du Québec et dans les établissements publics de santé.

- 30 -

Source : Ordre des pharmaciens du Québec, Secrétariat général

Pour information :
Michel Bissonnette ou Véronique Allaire, Groupe 2000 neuf inc., 514 868-2009

 

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables