L'Ordre des pharmaciens commente les moyens de pressions utilisés par l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires (A.Q.P.Q.) pour le retrait du régime public d'assurance médicament

Montréal, 25 janvier 2001 – Le président de l’Ordre des pharmaciens du Québec, monsieur Paul Fernet, se déclare préoccupé de la menace de retrait du régime public d’assurance médicament que l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires a présenté aux médias ce midi.Tout en évitant d’intervenir dans un processus de négociation entre l’État et les pharmaciens, l’Ordre entend suivre de près le dossier et veiller aux intérêts du public.

Monsieur Fernet tient cependant à rassurer la population, confirmant que l’Ordre des pharmaciens accordera une attention particulière à l’évolution de la situation et à la protection du public qui bénéficie des soins et services pharmaceutiques offerts par ses membres. « Le retrait du programme d’assurance médicament est une mesure qui n’entrera en vigueur que dans un mois, ce qui laisse aux parties en présence le temps de trouver une solution raisonnable à leurs différends » souligne le président de l’Ordre.

Il ajoute qu’il « importe de savoir que l’alourdissement des tâches du pharmacien a déjà été dénoncé, à plusieurs reprises depuis les dernières années, auprès des autorités du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. La situation actuelle, qui exige une attention constante, était donc prévisible. »

À une période critique de son histoire, le système de santé québécois est traversé par des tensions et des frustrations normales. Les pharmaciens propriétaires, comme plusieurs autres groupes professionnels, partagent des insatisfactions et réclament des améliorations qu’ils jugent nécessaires. « Mais il est important d’éviter que d’autres intérêts relèguent à l’arrière-plan ceux des patients, auxquels tous les pharmaciens doivent subordonner leurs propres intérêts » rappelle le président de l’Ordre. Soulignant l’importance de considérer les besoins du public, monsieur Fernet souhaite une rapide reprise des négociations et une solution rapide du conflit. À cet égard, le président de l’Ordre se dit confiant que les pharmaciens utiliseront leur jugement et leur professionnalisme afin qu’en tout temps, les services essentiels à la population soient maintenus pour éviter de mettre en danger la santé des personnes malades et vulnérables devant utiliser des médicaments.« Les pharmaciens et les pharmaciennes travaillant en milieu communautaire sont conscients, j’en suis persuadé, de leurs devoirs et obligations professionnels. Ce sont des personnes responsables qui sont en mesure de faire valoir leurs arguments tout en maintenant une pratique professionnelle exemplaire », a conclu monsieur Fernet.

L’Ordre des pharmaciens, dont le seul porte-parole officiel est son président, n’entend accorder aucune entrevue ni commenter davantage le dossier pendant les prochains jours, laissant le processus de négociation normal suivre son cours.

Information : 514 284-9588

 

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables