Assurance-médicaments : l'Ordre des pharmaciens du Québec demande un meilleur dosage

Montréal, 1er juin 1999 - L'Ordre des pharmaciens du Québec demande à la ministre de la Santé et des Services sociaux d'apporter des correctifs rapides à certains éléments du programme d'assurance médicaments québécois. Les pharmaciens québécois jugent que les effets pervers du régime soulevés par l'équipe Tamblyn sont graves et exigent une réaction gouvernementale à court terme.

L'Ordre s'inquiète de la réduction observée de la consommation de certains médicaments essentiels, servant à traiter l'asthme, les maladies cardiaques ou mentales. A C'est une situation dangereuse où nul ne gagne, ni les patients, ni l'État qui devra assumer les coûts des consultations médicales, des traitements et des hospitalisations pouvant survenir lorsque les traitements nécessaires ne sont pas suivis a déclaré la présidente de l'Ordre, madame Janine Matte.

Questionnant la justice et l'équité du régime, les pharmaciens remarquent que les problèmes actuels affectent davantage certains groupes plus vulnérables, tels les personnes âgées à faible revenus ou les victimes de maladie mentale. A Peut-on vraiment parler de justice et d'équité? a soulèvé la porte-parole.

La complexité du régime, dont le fonctionnement échappe encore à la compréhension d'un grand nombre de Québécois, est aussi dénoncée par l'Ordre des pharmaciens qui juge inacceptable que plusieurs utilisateurs du régime public soient incapables de lire et de comprendre le sens de leurs factures. Des factures où, d'un mois à l'autre, des montants variables sont facturés pour un même médicament et pour les services qui y sont rattachés.

Tout au long de la mise en place du nouveau régime, les pharmaciens ont agi comme conseillers et vulgarisateurs, accompagnant leur clientèle dans un virage qui était déroutant pour plusieurs. Mais le poids bureaucratique imposé aux pharmaciens a des conséquences. A Les pharmaciens ont atteint le seuil maximal des tâches que l'État peut ajouter à leur pratique sans mettre en danger leurs activités professionnelles et la protection du public a déclaré Janine Matte.

 

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables