Claude Charron : soulever des montagnes pour ses patients

On se souvient tous de la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic qui s’est produite aux petites heures du 6 juillet 2013. La vie de 47 personnes a été fauchée et une ville entière a été profondément meurtrie par cette tragédie. M. Claude Charron, copropriétaire de la pharmacie Claude Charron et Antoine Leclerc, sur la rue Frontenac, a vu sa pharmacie partiellement endommagée. Située dans la zone contaminée, son accès lui sera interdit. Il faudra partir à neuf et tout reconstruire. Pharmacien passionné, prêt à soulever des montagnes pour offrir des soins et services de qualité à ses patients, il nous parle, avec émotion, de son parcours.

Son premier réflexe après la catastrophe a été de s’assurer que ses trois filles étaient saines et sauves. Elles fréquentaient régulièrement le Musi-Café. Ensuite, il a vite compris qu’il ne pouvait plus accéder à sa pharmacie. Le samedi matin, dès 6 h 30, il cherchait un local pour dispenser les médicaments les plus importants à ses patients. « Toutes les lignes téléphoniques de ma pharmacie ont rapidement été redirigées vers celle de Daniel Lavoie, mon confrère de Saint-Georges-de-Beauce. Des membres de mon personnel sont allés travailler dans sa pharmacie. Samedi soir, nous pouvions déjà livrer des médicaments. Et grâce à Marie-Claude Lapointe, pharmacienne à Fleurimont, dans la région de Sherbrooke, nous avions des piluliers dès le dimanche matin. Nous faisions la navette entre les pharmacies pour assurer la distribution des médicaments à nos patients. En réalité, il y a eu une rupture de service de 24 heures seulement. Le mercredi suivant, nous avions une pharmacie temporaire. Mes collègues pharmaciens, ma bannière et tous les employés de ma pharmacie nous ont appuyés de façon formidable. »

Les patients de Claude Charron ont bien sûr vécu durement cette catastrophe. Lui et son équipe ont été là pour les soutenir. « Dès les premiers instants, nous les avons rassurés. Mon associé et moi leur avons dit que nous étions prêts à assumer notre rôle de pharmacien. Je suis chanceux, parce que mon associé, Antoine Leclerc, a la même vision que moi de la pharmacie. Nous sommes attachés à nos patients. Le fait d’avoir pu les servir aussi rapidement les a sécurisés. Ils étaient très reconnaissants; ce fut notre récompense. »

Il a avoué que, même à ce jour, le moral de ses patients est encore bas. Ils restent extrêmement marqués par le sinistre. Beaucoup de familles ont été touchées. Malgré tous les efforts, l’atmosphère a changé. « Tant qu’il n’y aura pas de relocalisation de la voie ferrée, les habitants resteront inquiets », dit-il.

Claude Charron est pharmacien à Lac-Mégantic depuis 45 ans et il va bientôt avoir 70 ans. « Je suis passionné de la pharmacie. J’aurais pu continuer à pratiquer encore longtemps, mais je vais prendre ma retraite dans un an. Si la réincarnation existe, j’espère revenir comme pharmacien ! En attendant, je vais essayer de profiter de la vie. »

Mais comment Claude Charron occupe-t-il sont temps libre? « Je suis un passionné de la photo. Je suis d’ailleurs allé en safari photo d’oiseaux en Floride. J’en garde de très beaux souvenirs et de très belles images. Et à mon âge, même si j’aimais beaucoup faire du ski, la pratique du golf a pris le relais! »

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables