Les ruptures d’approvisionnement en médicaments : une réalité malheureusement trop fréquente

Les médias font régulièrement état d’une réalité vécue en pharmacie et qui a un impact sur les patients : les ruptures d’approvisionnement en médicaments.

Il arrive en effet que le pharmacien doive aviser son patient de la non-disponibilité d’un médicament. Lorsque cette situation survient, certains recours sont possibles : substituer le médicament avec un autre de la même classe thérapeutique, préparer le médicament de façon magistrale (préparer un mélange, « une recette » à la main), donner une quantité moins grande de médicaments en souhaitant que celui-ci soit de nouveau disponible rapidement, etc. Toutes ces solutions sont temporaires et impliquent des changements pour les patients. Les médecins et les pharmaciens doivent se concerter afin d’offrir au patient la meilleure solution possible.

Parfois, bien peu d’options s’offrent au pharmacien, au médecin et à leur patient. Dans de très rares cas, des interventions ou des traitements doivent être repoussés, faute de disponibilité d’un médicament.
 

Les causes

La population interroge souvent les pharmaciens sur les causes de ces ruptures d’approvisionnement. Dans la très grande majorité des cas, le pharmacien n’est pas en cause. Bien qu’il soit généralement difficile de connaître les causes d’une rupture en particulier, la littérature recense diverses explications :

  • La matière première est parfois difficile à trouver, pour diverses raisons : la matière disponible ne répond pas aux exigences de qualité ou les pays producteurs (principalement la Chine et l’Inde) connaissent des difficultés politiques, climatiques, économiques ou autres.
  • Dans certains cas, des entreprises fusionnent. Un nombre moins élevé d’entreprises offrent le médicament, ce qui peut créer des monopoles.
  • L’offre des médicaments est plus restreinte. Certaines entreprises cessent la production d’un produit pour cause de non-conformité aux exigences des autorités réglementaires. Lorsqu’une production est rompue, les produits ne sont plus disponibles pour la population.

D’autres causes sont également recensées :

  • les arrêts de production pour des raisons économiques;
  • les délais de production dus à des changements de procédés ou des transferts de production;
  • la demande qui est moins facilement prévisible;
  • le décalage entre le rythme de changements dans la production des médicaments et le rythme de traitement des demandes par les organismes de réglementation.

Les causes sont nombreuses, ce qui rend les solutions d’autant plus difficiles à mettre en place. Plusieurs acteurs font partie de la chaîne d’approvisionnement en médicaments et chacun d’entre eux a un rôle à jouer pour diminuer le nombre de ruptures et faire en sorte que le patient en ressente le moins possible les conséquences lorsqu’elles sont inévitables.
 

Sommes-nous les seuls dans cette situation?

Non. La situation est répandue partout dans le monde; le Québec n’est donc pas unique dans son cas.
 

Y a t-il des solutions?

L’Ordre des pharmaciens du Québec a mis en place un comité chargé d’étudier ces causes et d’apporter des solutions. Parmi les solutions auxquelles songe l’Ordre, on retrouve :

  • La mise sur pied d’une liste de médicaments essentiels. Les médicaments qui se retrouveraient sur cette liste devraient être disponibles en tout temps. Les entreprises qui les produiraient, tout comme les distributeurs et les pharmaciens, auraient la responsabilité d’en assurer la disponibilité.
  • Une entité pourrait consolider et améliorer l’information sur les ruptures. À l’heure actuelle, les professionnels se trouvent souvent dans l’incapacité d’informer leurs patients sur les dates potentielles de retour des médicaments, faute de nouvelles à ce sujet.
  • Les fabricants de médicaments pourraient également être tenus de prévoir plus d’une source d’approvisionnement de matière première pour leurs médicaments. Ainsi, si la première source est épuisée, une autre option serait possible.

Le comité sur les ruptures d’approvisionnement en médicaments a publié son rapport final. Pour le consulter, cliquez ici.
 

Comment entrevoir l’avenir?

L’Ordre, les pharmaciens et tous les professionnels de la santé font tout en leur pouvoir pour éviter que les patients subissent les conséquences des ruptures d’approvisionnement. Nous espérons que ces initiatives permettront d’en réduire le nombre et de faire en sorte que, lorsqu’elles sont inévitables, les conséquences soient réduites pour les patients.

Il s’agit d’une responsabilité commune et l’Ordre espère que les travaux du comité permettront de réunir tous les acteurs autour d’une même table afin de faire émerger des solutions et de produire des résultats.


Sources d’information :

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables