Intoxication aux médicaments

Tous les médicaments, incluant ceux en vente libre, peuvent être toxiques lorsqu’ils sont mal utilisés ou pris à grande dose. En effet, 49 % des appels au Centre antipoison du Québec (CAPQ), de 2008 à 2012, concernaient des intoxications potentielles par médicaments, dont l’acétaminophène, qui représentait 25 % de toutes les intoxications d’origine médicamenteuse1. Pour la majorité des cas, ces intoxications étaient non intentionnelles et auraient pu être évitées. Voici quelques conseils afin d’éviter une intoxication aux médicaments.

Protégez votre enfant
Intoxications involontaires
Abus et intoxications volontaires
Reconnaître les signes de toxicité
Quoi faire en cas d’intoxication


Protégez votre enfant

L’intoxication non intentionnelle chez les enfants compte parmi la majorité des cas signalés au CAPQ. En effet, les enfants sont actifs, curieux et attirés par ce qu’ils ne connaissent pas. Ils n’hésiteront pas à jouer avec des médicaments s’ils en trouvent sur leur chemin.

De plus, les parents ont parfois tendance à surestimer l’habilité de leur enfant à agir de façon responsable autant que leur propre habilité à les surveiller. Pourtant, il suffit de quelques secondes d’inattention pour qu’un enfant s’empare de médicaments laissés, par exemple, sur une table et les mette dans sa bouche. C’est pourquoi il est essentiel de garder un environnement sécuritaire pour votre enfant.

Quelques mesures préventives

  • Tenez les médicaments hors de la portée de votre enfant afin d’éviter un incident malencontreux en les regroupant dans un endroit sécuritaire, de préférence verrouillé.
  • Assurez-vous que vos contenants de pilules sont à fermeture sécuritaire.
    • Sachez que les bouchons de sécurité peuvent tout de même être ouverts par des enfants et ne sont conçus que pour décourager l’enfant ou retarder l’ingestion avant l’intervention d’un adulte.
  • Conservez les médicaments dans leur contenant d’origine. Évitez de les transvider dans un autre contenant.
  • Assurez-vous d’être dans un endroit propice (bien éclairé) pour lire l’étiquette et bien mesurer la dose avant de donner un médicament. Utilisez également une seringue orale ou un gobelet à mesurer fait pour les médicaments. Une cuillère à thé n’est pas un outil adéquat.
  • Ne donnez pas à votre enfant un de vos médicaments. Les enfants ont un métabolisme différent des adultes. Ils ont donc besoin de médicaments adaptés à leur condition, selon un dosage particulier. Le pharmacien pourra vous aider dans le calcul de la bonne dose à donner à votre enfant.
  • Assurez-vous que l’administration des médicaments est faite par un seul des deux parents de préférence. Vous préviendrez ainsi toute duplication des doses causée par un manque de communication. Si vous ne vivez pas sous le même toit que la mère ou le père de votre enfant, faites en sorte d’avoir toutes les informations pertinentes en votre possession.
  • Retournez les médicaments périmés ou inutilisés à la pharmacie dès que possible.
  • Conservez toujours le numéro de téléphone du CAPQ (1 800 463-5060) près du téléphone.  Ce numéro se trouve également à la première page du bottin téléphonique ou sur le site www.antipoison.ca

Lire aussi : Médicaments et enfants


Intoxications involontaires

En général, les intoxications involontaires chez les adolescents et les adultes surviennent à la suite d’un mauvais usage du médicament prescrit ou acheté en vente libre.

Quelques conseils

  • Lisez et suivez les instructions indiquées sur l’étiquette d’un médicament.
  • Assurez-vous de bien gérer votre prise de médicaments.
  • Ne doublez pas la dose d’un médicament.
  • Ne croquez pas un médicament si ce n’est pas indiqué.
  • Ne donnez jamais vos médicaments à l’un de vos proches.
  • Consultez votre pharmacien lors de l’achat d’un médicament en vente libre ou d’un produit de santé naturel.

Nous vous invitons à visiter la page Bon usage des médicaments pour en savoir plus à ce sujet.


Abus et intoxications volontaires

Certaines personnes, que ce soit des adolescents ou des adultes, consomment des médicaments sur ordonnance ou en vente libre de façon abusive, entre autres à des fins récréatives. D’ailleurs, un adolescent sur 8 a admis avoir consommé des médicaments d’ordonnance pour se droguer. 70 % d’entre eux les ont pris à la maison.2

Il n’est pas rare que ces médicaments soient mélangés avec de l’alcool, créant ainsi un cocktail explosif. La consommation de médicaments à des fins non médicales comporte des risques graves : intoxication, dépendance, surdose, mort... Un médicament qui est mal consommé ou qui entre en interaction avec d’autres produits peut être nocif. Pensez-y!

Lire aussi : Abus de médicaments chez les jeunes


Reconnaître les signes de toxicité

Divers symptômes sous formes neurologiques, digestives, respiratoires ou autres, peuvent être associés à une intoxication à un ou plusieurs médicaments.

Par exemple :

  • Une diminution de la conscience, des hallucinations
  • Des difficultés respiratoires
  • Des pupilles rétractées ou dilatées
  • Des douleurs abdominales, des vomissements, une diarrhée

Restez vigilant lorsqu’une anomalie survient sans explication. Pensez à une intoxication!


Quoi faire en cas d’intoxication

Lorsqu’il y a possibilité d’une intoxication, il faut agir rapidement pour éviter ou limiter l'aggravation.

Si la personne est inconsciente, ne respire pas ou que son cœur ne bat plus, débutez la réanimation cardio-respiratoire si vous êtes apte à le faire. Sinon, appelez le 9-1-1.

Si la personne est inconsciente, il est possible de la tourner sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps pour permettre à sa salive de s'écouler et l'empêcher de s'étouffer, en cas de vomissements.

Téléphonez immédiatement au Centre antipoison du Québec : 1 800 463-5060. N’attendez pas que la personne soit malade ou qu’elle soit dans une situation grave pour téléphoner. 

Conservez toujours le numéro de téléphone du CAPQ près du téléphone. Ce numéro se trouve également à la première page du bottin téléphonique ou sur le site www.antipoison.ca.  

Pour que l'infirmière au bout du fil vous apporte l’aide nécessaire, vous aurez à fournir les renseignements suivants au meilleur de vos connaissances :

  • L’état de la personne
  • Ce qu’elle a avalé, respiré ou reçu sur la peau ou dans les yeux (si possible, ayez le contenant avec vous)
  • En quelle quantité?
  • Depuis combien de temps?
  • L’âge et le poids de la personne
  • Les premiers soins que vous lui avez déjà donnés

Dans le cas d’une intoxication, il faut toujours consulter le Centre antipoison du Québec avant d’entamer un traitement. Par la suite, n’hésitez pas de consulter votre pharmacien afin de prévenir d’autres incidents!

 

1 Dubé PA (2013). Statistiques générales des appels au Centre antipoison du Québec (2008-2012). Données non publiées.
2 Centre de toxicomanie et de santé mentale, Sondage 2013 sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSEO)

Liens d'intérêt
Documents téléchargeables